Les principes de base

Ou devrais-je dire « mes principes de base » ?

Lorsque j’ai décidé de changer d’alimentation, me documenter sur le sujet est devenu pour moi une grande préoccupation et une top priorité. J’ai lu énormément d’infos sur intenet, je me suis accrochée à certains blogs, j’ai écumé les librairies à la recherche de livres traitant du sujet et de livres en livres, d’articles en articles, je suis tombée sur d’autres livres, d’autres articles, la merveilleuse chaîne sans fin du savoir. Au fur et à mesure de mes lectures et de mes expériences culinaires, j’ai appris à connaître mes goûts, à les allier avec les ingrédients autorisés. J’ai aussi adapté les quantités dont j’ai besoin pour me sentir en forme car elles ne sont plus du tout pareilles qu’auparavant étant donné que les aliments sont différents. J’ai donc procédé à quelques réglages et, comme tu t’en doutes, les ratages ont fait partie de l’aventure, devant la mine médusée des autres membres de ma famille, cette petite mine tellement explicite : « ça y est, elle a encore raté le plat. On ne va pas lui dire tout de suite parce qu’elle a passé des heures en cuisine ! ». A plusieurs reprises, je me suis surprise le téléphone dans les mains à deux doigts de composer le numéro de SOS Pizza. Mais je me suis accrochée et j’ai raccroché.

J’ai alors pu identifier les auteurs dont les principes rejoignent les miens d’une part parce que les recettes que j’en retire me plaisent et d’autre part parce que cette manière de s’alimenter correspond tout à fait à la mienne depuis que j’ai des restrictions alimentaires. Je peux en retenir deux (même si d’autres m’influencent aussi) : Pol Grégoire et Martine Fallon. Le premier défend la paternité de la « cuisine vive » et l’autre se revendique de la « cuisine énergie ». Ils se rejoignent dans leur approche culinaire globale et observent des principes communs :

  • le respect des aliments par une cuisson adaptée pour préserver un maximum de nutriments (cuisson vapeur et basse température). Les aliments sont beaucoup plus savoureux et conservent leur goût grâce à ces deux procédés. De prime abord, ça peut sembler contraignant mais c’est le contraire. Je t’en parlerai plus longuement dans d’autres articles.
  • sans être végétariens, ils suggèrent de limiter la consommation de protéine animale. Personnellement, la viande n’a jamais fait partie de mes aliments favoris, mais de temps en temps, je peux apprécier un morceau de viande. C’est différent avec le poisson que j’affectionne particulièrement. Du coup, je varie les plaisirs.
  • la dissociation des céréales et des protéines : cela signifie qu’on ne mélange pas dans l’assiette et au cours d’un même repas les céréales (quand on parle de céréales, il ne s’agit pas de la boite avec le lion hein, mais plutôt de riz complet, quinoa, boulghour, kamut, millet…) et les protéines animales (viande, poisson, fromage, œufs…). L’on consommera alors les légumes et les céréales, et les légumes et les protéines. Ne t’inquiète pas, il y a vraiment moyen d’y arriver. Cela facilite la digestion, tu vas te sentir tellement léger que ça en deviendra aussi l’un de tes principes.
  • il est impératif de consommer les légumes et fruits de saison. L’avantage, c’est qu’ils sont moins chers et bien plus savoureux ! C’est bingo !IMG_0628
  • ces auteurs mettent l’accent sur l’équilibre acido-basique du corps. Pour prévenir le vieillissement prématuré des cellules et se sentir en forme très longtemps, il est conseillé d’éviter les aliments acidifiants (le café, l’alcool, les mauvaises graisses, le sucre raffiné… la liste est longue et cela fera certainement l’objet d’autres discussions). J’en vois déjà qui somnolent et d’autres quitter la salle. Au départ, ça semble contraignant, voire barbare, mais c’est une question d’habitude. Les habitudes se changent presqu’aussi vite qu’elles ne se prennent. Moi qui étais une adepte de café le matin, je n’en éprouve plus du tout ni l’envie ni le besoin. Mon homme, mon complément alimentaire par exemple, n’est pas contraint de suivre un régime spécial puisqu’il n’a pas de souci de santé particulier (ou en tout cas pas avéré) mais malgré tout, il a changé quelques habitudes définitivement, et il s’octroie des écarts (certains sont parfois dignes d’une ballerine étoile). Mais une chose est certaine : il ne fera plus jamais marche arrière et il n’est pas si loin le temps où il n’échangera pour rien au monde son bol de quinoa contre un bon cornet de frites mayonnaise (ça y est, cette fois-ci, je te vois saliver sur le quinoa, tu es sur la bonne voie !).
  • la consommation importante de fruits et légumes quotidienne : 400 g de fruits (bon, en même temps, ce n’est jamais que l’équivalent de deux pommes) et 700 g de légumes. Ces quantités peuvent paraître vertigineuses mais une fois qu’on opte pour les jus et smoothies, ces quantités deviennent moins importantes. Je te vois déjà te dire que le ravitaillement va être compliqué. C’est vrai qu’il est conseillé de manger des fruits et légumes frais, et donc, de se déplacer régulièrement au magasin, mais je vais t’expliquer comment t’organiser pour être le plus efficace possible. Etant donné que les fruits et légumes sont consommés en grande quantité, tu as nettement moins besoin d’autres ingrédients. Une visite mensuelle au magasin pour les autres ingrédients est amplement suffisante.
  • la consommation de bonnes graisses, celles qui font du bien à ton corps. Les huiles première pression à froid sont excellentes pour la santé, et même indispensables au bon fonctionnement de nos cellules et de notre cerveau. Leurs goûts sont variés (huile de colza, de lin, de sésame, de noix, de noisette, d’olive, de pépins de courge…). Tu les conserves dans le frigo (sauf l’huile d’olive) et tu les consommes dans les deux mois pour éviter leur oxydation. J’ai opté pour les petites bouteilles d’huile et je n’ai évidemment pas en permanence tout le panel dans mon frigo !
  • dans les ingrédients de base pour réaliser leurs recettes, il est souvent question d’oléagineux à tremper (oléagineux, quessako ? il s’agit des différentes sortes de noix : noix de cajou, de pécan, de macadamia…). Il s’agit donc d’être organisé parce que quand tu te décides à faire à manger pour tes invités qui arrivent deux heures plus tard, pas question d’envisager une recette avec des noix de cajou trempées 12 heures ! De nouveau, ce sont des nouveaux réflexes à acquérir. Souvent, les recettes sont rapides, faciles et savoureuses, donc, ton souci organisationnel sera payant cash quand tu apercevras la petite mine réjouie de tes convives !
  • Ces deux auteurs ont pour ainsi dire banni le lactose et le gluten.  A l’heure actuelle, on entend un peu tout et n’importe quoi à ce sujet. Je te propose d’y revenir ultérieurement, parce que le sujet est vaste, et puis, tu as déjà appris beaucoup de choses là…

 

IMG_0646Pourquoi je me retrouve dans cette façon d’aborder la cuisine ?

Parce qu’elle ne fait pas semblant. On ne remplace pas ce qu’on mangeait avant par quelque chose qui y ressemble mais qui est moins savoureux que l’original. Prenons un exemple : le pain perdu. C’est délicieux n’est-ce pas ? J’adorais ça, mais je n’ai pas envie de trouver des subterfuges pour en manger… je n’ai pas envie d’altérer le souvenir du goût que j’en ai. Il y a évidemment des exceptions. Par exemple, la sauce béchamel. Je préfère de loin la version sans farine, sans lait de vache et sans beurre qui est beaucoup plus digeste et je préfère son goût à l’originale. Comme je suis curieuse et que j’aime les expériences inédites, malgré ce constat, je teste aussi les alternatives. Il y a peu, j’ai testé une recette de muffins sans farine de blé, ni sucre, ni lait, ni beurre (j’entends d’ici les sarcasmes du style : « ben, il reste que de l’air alors ! »). Etant donné que ça faisait quelques mois que je n’avais pas mangé de friandise, j’ai apprécié ce petit goûter sucré, mais je pense que tu les aurais offerts en pâture aux canards. Ce que j’adore en revanche, c’est créer des pâtisseries crues avec des fruits frais. C’est léger et rafraîchissant en fin de repas. Les recettes suivront.

J’ai multiplié mes sources d’inspiration pour ne pas me cantonner à une approche spécifique. Dans mes recettes, on retrouvera quelques inspirations raw (cru), vegan, végé… une alimentation saine et équilibrée quoi qu’il en soit !

On s’y met ensemble ?

 

image_pdfimage_print

Partage !Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Flo Bovy

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *