Asperges et leur incroyable « mayo »

Dès que le printemps arrive, je n’aspire qu’à une chose : manger des asperges. J’adore ça ! Le problème, c’est que j’en ai moins profité les dernières années parce que le complément alimentaire n’aimait pas tellement. Oui, mais ça, c’était avant. Cette année, il s’est réveillé un beau matin en se disant que les asperges et lui seraient désormais amis ! Quelle bonne idée ! Il faut dire que depuis que je lui prépare la « mayo » qui accompagne ces délicieux légumes, il ne peut s’empêcher de succomber. Et je le comprends. Du coup, on en mange deux fois par semaine. Bonheur !

Tu la veux cette recette, je vois bien que tu trépignes.

Alors, voici, rien de plus simple.

1 botte d’asperges de la couleur de ton choix
Le jus d’un demi citron
1 avocat
Du sel
De l’huile d’olive

Tu prépares tes asperges : tu coupes le bout tout sec (souvent, pas plus d’un centimètre) que tu jettes, et le bout plus dur que tu conserves. Tu fais cuire tes asperges et les bouts d’asperge 10 minutes à la vapeur (cuiseur vapeur ou marguerite) pour que ce soit al dente (rien de plus raté que des asperges toutes molles et pleines d’eau). Pendant ce temps, tu prépares les ingrédients pour la « mayo » et tu places dans ton blender l’avocat, le jus de citron et une pincée de sel. Une fois tes asperges cuites, tu ajoutes les bouts dans le blender avec un peu d’eau (de l’eau de cuisson ou pas) et tu mixes jusqu’à ce que tu obtiennes une consistance onctueuse. C’est prêt !

Profites en bien car la saison des asperges n’est pas éternelle.




Tartelettes avocat – saumon

Je t’ai un peu délaissé ces quelques derniers jours, c’était pour la bonne cause je te rassure : je suis partie en week-end avec mes copines !! Je vais tout te raconter, mais j’ai pris un peu de retard dans la rédaction de nos péripéties. Alors, je me suis dit que tu préférerais sans doute lire un article complet plutôt qu’un récit bâclé… alors, pour patienter, je te livre ma recette pour épater les copains, belle-maman… des tartelettes avocat-saumon.

Je t’ai déjà parlé de Martine Fallon, de l’influence de sa démarche sur ma manière de m’alimenter. Ses ouvrages sont pour moi une source d’inspiration. Je ne suis jamais les recettes à la lettre. C’est une manie que j’ai depuis toujours, du moins, depuis que j’ai mis les pieds dans une cuisine pour la première fois. Je n’ai jamais exactement les ingrédients préconisés. Je t’entends déjà me dire qu’une liste de courses me serait bien utile, hé bien, détrompe-toi : quand j’organise une virée courses exprès, soit j’oublie la liste à la maison, soit j’oublie de la regarder au magasin (ben oui, jamais je n’admettrai que ma mémoire est défaillante et que j’ai besoin d’un morceau de papier pour me souvenir des ingrédients nécessaires), soit enfin, je la regarde mais je saute l’un ou l’autre ingrédient. Bref, tu l’auras compris, la liste de courses et moi, on n’est pas très copines. Et puis, inconsciemment, je pense que j’apprécie cette part d’improvisation que peut procurer la préparation d’un repas, c’est aussi une bonne manière de vider son frigo. Je connais des personnes pour qui il est absolument impensable de s’écarter de la recette initiale ne fut-ce que de quelques pas… dans mon cas, c’est un sport !

Tout ça pour te dire que j’adore les bouquins de cuisine, j’en achète tout le temps, je les lis comme un roman et c’est lors de cette lecture que me viennent des idées pour m’écarter des recettes ou pour les détourner. Dans le dernier livre de Martine Fallon, « Sauces et coulis », une recette a particulièrement retenu mon attention, celle du pain aux graines. Moi qui ai complètement banni le gluten de mon alimentation pour les raisons que tu connais, je dois dire que cette recette s’avère parfois très pratique quand certaines préparations requièrent l’utilisation de pain.

Quant tu suis la recette, tu réalises un pain en une pièce. Mais pour l’entrée que je te propose ici, j’avais besoin de sortes de « fonds de tartelettes ». Du coup, j’ai détourné la recette à cette fin. Et le résultat était à la hauteur de mes espérances et de celles de mes convives.

Ce soir-là, nous recevions nos amis C et S. C étant un cordon bleu hors pair, c’est toujours pour moi un peu casse-tête de trouver un menu qui en jette. Je n’aime pas non plus rester des millénaires dans ma cuisine le samedi après-midi, ça doit envoyer ! En plus, nos amis ne sont pas forcément coutumiers de ma manière de m’alimenter. Mais avec cette entrée, le plus sceptique carnivore baissera la garde, j’en suis sûre. Allez, je t’explique…

Pour 4 personnes

Les « fonds de tartelettes » :

fonds de tartelettes1/2 tasse de graines de tournesol
1/4 de tasse de graines de lin (personnellement, j’utilise des graines de lin broyées)
1/4 de tasse de noisettes ou d’amandes (ou autre noix de ton choix, de ton goût… en général, j’en mélange plusieurs sortes et tu peux ajouter aussi des raisins secs, des cranberries, ce que tu veux, ce que tu aimes)
3/4 de tasse de flocons d’avoine ou autre (j’ai pris des flocons de riz)
1 c à s de graines de chia
2 c à s d’écorce de graines de psyllium (et voilà, j’en ai déjà perdu quatre… je te l’accorde, ce nom est carrément barbare, tu n’en as jamais entendu parler, tu ne sais pas à quoi ça sert, mais tu peux en trouver – relativement – facilement dans les magasins bio et c’est vraiment un super aliment notamment parce qu’il contient plein de fibres… allez, reviens !)
1/2 c à c de sel
1/2 c à s de sirop d’érable
1.5 c à s de graisse de coco fondue (si tu as fait fondre trop de graisse de coco, tu peux la remettre dans le pot, elle se solidifiera de nouveau)
3/4 de tasse d’eau

Préchauffe le four à 175°. Mélange les ingrédients ensemble et remplis des moules à muffins du mélange, ne fais pas une trop grosse couche, l’idée étant d’en faire des fonds de tartelettes. Enfourne pour 15 minutes. Retire les petits fonds de tartelettes et place-les soit directement sur la grille du four, soit sur une plaque allant au four et poursuis la cuisson 20 minutes. S’il te reste des fonds de tartelettes, tu peux les conserver 5 jours dans une boite au frigo.

La crème d’avocats :

crème avocat1/6 de tasse de noix de macadamia
1/6 de tasse de noix de cajou
1/6 de tasse d’amandes
1/6 de tasse de graines de tournesol (tu utilises les noix que tu aimes, que tu as de stock, là, j’en ai mélangé plusieurs pour varier les goûts)
des herbes fraîches sans leur tige (j’ai utilisé 2 brins de basilic et 2 brins d’estragon)
2 citrons verts
2 avocats

Fais tremper ces noix et graines pendant 6 heures. Passe-les au blender avec un filet d’huile d’olive jusqu’à l’obtention d’une consistance onctueuse, comme un fromage frais. Pour la « crème », tu n’auras besoin que de la moitié de la quantité réalisée mais l’autre moitié ravira ton lunch du lendemain.

Mélange le « fromage » obtenu (la moitié de la quantité donc) avec deux avocats coupés en morceaux, le jus d’un ou deux citrons verts selon ton goût. Personnellement, j’ai pressé deux citrons verts, mais mon Complément alimentaire a trouvé qu’on sentait trop le goût du citron, avis que je n’ai pas partagé car j’adore le goût du citron.

Place le récipient quelques heures au frigo.

Au moment de servir, place sur l’assiette un « fond de tartelette » dans un emporte-pièce de préférence de la même taille, et recouvre-le de crème à l’avocat. J’ai été assez généreuse avec cette deuxième couche, et ce n’était pas trop. Au-dessus, garnis tes tartelettes d’un morceau de saumon fumé (ou de truite fumée…). A déguster assez rapidement car ce petit montage a tendance à l’effondrement facile !

Les amis que nous avions invités ce soir-là ne sont pas forcément coutumiers de ce type de cuisine, et ils ont adoré ! Donc, je pense pouvoir dire sans crainte que cette recette ravira les palais les plus sceptiques ! Le show assuré quand tu invites belle-maman !!

Appelle-la, elle sera ravie !