Des spaghettis de courgette

J’ai cédé… j’ai acheté un rouet ! Pas celui de la belle qui dort dans son donjon, non non, plutôt cette machine incroyable pour réaliser sans effort des spaghettis végétaux (on pourrait presque croire que je suis une convaincue !!). Est-ce dû à la pression sociale ou à un effet de mode, je ne sais pas, mais j’ai craqué, c’est sûr. Et le pire, c’est que je dois bien avouer que c’est pratique et que je m’amuse bien avec… Voilà, je me suis confessée ! Du coup, je n’ai pas résisté à l’envie de partager avec toi ma recette de spaghettis de courgette. Tu me diras que tu en as déjà vu passer beaucoup, oui oui, mais celle-ci, c’est la mienne !

Pour réaliser cette simple et savoureuse recette, tu as besoin (2 personnes) :

d’un rouet évidemment (dans le style de celui de la photo)Coupe légumes Rouet Gourmet
2 courgettes
une belle branche de tomates cerise (ou des tomates normales détaillées en cubes)
un oignon
du parmesan végétal (ou du vrai si tu préfères, sinon je te dis comment faire plus bas)
de l’huile d’olive

 

Tu transformes tes courgettes en somptueux spaghettis.
Tu détailles ton oignon en petits morceaux que tu fais revenir dans un fond d’huile d’olive dans une poêle ou une casserole. Une fois qu’ils ont bien fondu, tu ajoutes les tomates cerise coupées en deux ou en quatre en fonction de leur taille et tu les laisses fondre à feu doux. Tu sales. Tu dresses les spaghettis de courgette sur les assiettes, tu ajoutes la « sauce tomate », tu rectifies l’assaisonnement avec un filet d’huile d’olive et tu présentes avec du parmesan (végétal ou non).

J’ai également testé une autre recette il y a quelques jours (oui j’abuse un peu, d’ailleurs le complément alimentaire a clairement souligné qu’il n’en mangerait pas tous les jours, en guise d’avertissement), avec un pesto de basilic : délicieux !
Tu as besoin d’un beau bouquet de basilic (la moitié au moins d’un gros pot), d’huile d’olive, d’une gousse d’ail et de noix de ton choix (j’ai utilisé une dizaine de noix de cajou) ou d’amandes en poudre. Tu mixes le tout en prenant attention à laisser quelques morceaux. L’ustensile parfait est alors le robot qui ne broie pas les aliments aussi finement que le blender.

Le parmesan végétal, un leurre à s’y méprendre.

J’ai souvent présenté du parmesan végétal à mes convives, et sans rien dire, souvent les gens n’ont même pas remarqué qu’il s’agissait d’un leurre. C’est drôle. Ce qu’il y a d’intéressant, c’est qu’il a la même texture que le vrai. Et c’est ce qu’il y a d’agréable, ce contraste dans les textures.

Levure noble - 250 g

Alors, il te faut : 2 c à s de levure noble, une poignée de noix de cajou et une pincée de sel.
Tu mixes le tout soit au robot soit au blender avec la fonction pulse.
C’est bien quand ce n’est pas totalement mixé impeccablement. Oui, c’est tout.
La levure noble donnera le petit goût fromagé. Tu la trouves dans les magasins bio.

 

Toi aussi tu es sujet à la mode ?
Bah, ça vaut parfois la peine, non ?




Des lasagnes végétales

Aujourd’hui, je t’explique comment réaliser des lasagnes végétales sans pâte, ni viande ni fromage… Ne pars pas, c’est succulent ! Il s’agit de lasagnes végétales réalisées avec des courgettes, des aubergines, du chou-fleur pour la crème….

J’aime assez bien les leurres en cuisine et je dois dire que ça fonctionne à merveille avec le Complément alimentaire. Son cerveau se dit que ce qu’il a dans son assiette lui rappelle une apparence qu’il connait bien, du coup, c’est déjà à moitié gagné pour qu’il apprécie son repas. Les enfants fonctionnent de la même manière… Ils ont besoin d’être rassurés par des choses qu’ils connaissent et d’explorer la nouveauté petit à petit… Ah finalement, le Complément alimentaire est resté un grand enfant. Même le mini sceptique a dit qu’un jour, il accepterait peut-être bien de goûter à mes douteuses préparations ! Non mais pour toi c’est peut-être un détail mais pour moi, ça veut dire beaucoup !

IMG_1426Pour un beau plat de lasagnes, tu as besoin de :

1 courgette détaillée en « tranches »
1 aubergine également détaillée en « tranches »
2 oignons
5 tomates moyennes ou 3 grosses
1/2 chou-fleur
Huile d’olive, fleur de sel

Coupe les oignons et les tomates en petits morceaux. Commence par faire revenir les oignons dans une poêle avec un fond d’huile d’olive. Quand les oignons sont transparents, ajoute les tomates et laisse-les fondre quelques instants. Pendant ce temps-là, cuis le chou-fleur à la vapeur 10-15 minutes. Il faut que la pointe d’un couteau puisse s’enfoncer facilement. Mixe le chou-fleur au blender avec 5 c à s d’huile d’olive et de la fleur de sel. Une fois tes tomates cuites, ajoute la « crème » de chou-fleur et mélange correctement. Dans une autre poêle, fais cuire les tanches de courgette et d’aubergine dans de l’huile d’olive. Pour assembler la lasagne, tu alternes une couche de tranches de courgette avec la « crème » tomates – chou-fleur. Si vraiment tu insistes, tu peux disposer de la mozzarella sur le dessus. Je n’ai pas trouvé ça utile, mais chacun ses goûts…

Toi aussi tu aimes les leurres ?




Des choux-fleurs à la béchamel vegan

Mon amie S est probablement la personne sur terre la plus difficile à contenter culinairement parlant. Depuis que j’ai changé mes habitudes alimentaires, il y a peu de plats que nous apprécions en commun. Je me suis donc lancé un défi de taille : l’inviter à manger ! Normalement, on trouve que le resto est une solution simple et efficace, mais cette fois-ci, nous avions décidé de rester à la maison. Je me suis souvenue qu’elle adore les choux-fleurs à la béchamel. Comme je limite drastiquement les produits laitiers et le gluten dans mes préparations, j’ai tenté le coup avec une béchamel sans farine, ni beurre, ni lait ! Et le résultat fut à la hauteur de mes espérances : elle a adoré et je lui dédie cette recette qu’elle me réclame depuis à cors et à cri.

Pour un grand plat à gratin, il te faut :

1 chou-fleur (ou tout autre légume de ton choix, ça se marie très bien avec des brocolis par exemple, mais à toi de trouver le légume qui te ravira)
1 tasse de noix de cajou trempées 6h minimum
1/2 tasse d’eau
2 c à c d’arrowroot
1/2 c à c de sel
2 c à s de levure noble
1/4 de c à c de noix de muscade
Poivre

Mixe tous les ingrédients de la béchamel. Détaille ton chou-fleur en bouquets et blanchis-le (pour simplifier cette tâche, je verse de l’eau bouillante sur mes choux-fleurs directement dans le plat à gratin que je vide immédiatement). Dispose par-dessus une délicieuse chapelure à base d’oléagineux dont je t’ai parlé ici. Verse la préparation sur les légumes et enfourne à 180° pendant 30 à 40 minutes.

Mon amie S m’a confié avoir super bien dormi après ce repas ! La vie est légèèèèère !




Risotto à la courge butternut, sauce crue au pourpier d’hiver

Dépêchons-nous, le printemps est là et va bientôt emporter avec lui les courges d’hiver. Habituellement, cette jolie saison s’accompagne d’un peu de chaleur et nous fait en tout cas cadeau de ses doux rayons de soleil… mais cette année, on dirait bien qu’il a décidé de se faire attendre. Alors, on profite jusqu’au bout des plats qui réchauffent et qui réconfortent. En voici un inscrit totalement dans cette lignée.

Pour réaliser la recette, il te faut :

Quelques brins de pourpiers d’hiver
2 oignons
2/3 de courge butternut
10 c à s de riz complet cuit

Pour la sauce crue :

1/2 botte de pourpier d’hiver
4 c à s d’huile d’olive
Quelques noisettes
1/3 de courge butternut

Tu fais cuire ton riz dans le cuiseur à riz ou dans le cuiseur vapeur (ou en suivant ta méthode habituelle). Pendant ce temps, tu fais revenir tes oignons dans une poêle avec un fond d’huile d’olive. Ensuite, après avoir lavé ta courge butternut, tu la détailles en morceaux et tu la fais cuire dans le cuiseur vapeur, ou à la poêle, en fonction de tes goûts. Je ne pèle pas mes légumes, parce qu’ils sont bios et que tous les bons nutriments se trouvent dans la peau. En fin de cuisson, tu ajoutes le riz déjà cuit, la courge et quelques feuilles de pourpier d’hiver dans la poêle. Tu assaisonnes selon ton goût, et c’est prêt !

Pour la sauce, tu commences par mixer la courge, le pourpier et l’huile d’olive ensemble. Quand la consistance est suffisamment homogène, tu ajoutes les noisettes que tu mixes en laissant des morceaux pour le côté croquant.

Pour servir, j’ai utilisé quelques graines de courge au tamari, dont je te parlais ici, des copeaux de parmesan, ainsi que de la poudre de noisette, des pignons de pin grillés et quelques graines germées. Un jour, je t’expliquerai comment faire germer toi-même tes graines et je te raconterai leur pouvoir incroyable. Chaque chose en son temps. Pour commencer, c’est joli et ça présente bien. Tu peux les acheter facilement dans le commerce. C’est un bon début !

Et voilà ! Qui a dit que manger sainement prenait du temps ?