1

Petit “gâteau” de quinoa à la mousse de noisettes

Le 18 octobre, on entamait un nouveau cycle de 6 ateliers de cuisine. Ces ateliers sont pour moi un moment privilégié dont je savoure chaque instant en compagnie des participant.e.s. C’est toujours un plaisir de transmettre des trucs et astuces pour que chacun.e se sente bien (mieux) et s’approprie une manière de manger différente, mais toujours très gourmande. Et puis, si tu as déjà participé à un atelier, tu le sais : on s’amuse vraiment bien (aussi) !

J’avais envie de te partager une petite recette toute simple mais qui produit toujours son petit effet : des petits “gâteaux” de quinoa à la mousse de noisettes. Le démoulage des gâteaux n’a pas été sans risque, mais le résultat est vraiment top ! Et d’une simplicité époustouflante ! Une alternative intéressante à la viande, en repas du soir, éventuellement avec une petite salade en accompagnement. En plus, le quinoa est une protéine complète !

Pour 4 personnes, il te faudra:

1 tasse de quinoa trempé 12h et germé (il germe très vite, en 12h, tu vois déjà apparaitre des petits germes)
1 oignon rouge
2 branches de céleri
1 carotte
1 à 2 c à c d’épices de ton choix (ici, nous avons choisi le chimichurri)
Fleur de sel

Pour la mousse de noisettes :

100 g de noisettes trempées pendant 12h et rincées
3 carottes
éventuellement, l’eau de cuisson des carottes au moment de mixer

Pour la sauce crue :

1/2 botte de pourpier d’hiver
4 c à s d’huile d’olive
4 c à s d’huile de noisette
Au moment de dresser : quelques graines germées

Coupe grossièrement les carottes pour la mousse de noisettes. Détaille finement l’oignon, le céleri et la carotte. Rince le quinoa et mélange-le aux autres ingrédients. Dresse le mélange au quinoa dans des emporte-pièces directement dans le cuiseur vapeur. Passe le tout 10 minutes à la vapeur.

Pendant ce temps, prépare la sauce crue : émince le pourpier et mélange-le aux autres ingrédients.

Une fois les carottes cuites, mixe-les avec les noisettes, une pincée de fleur de sel, et éventuellement un peu d’eau de cuisson.

Dresse la mousse dans le fond des assiettes, déposes-y un gâteau de quinoa. Arrose de 2 c à s de sauce crue et décore de quelques graines germées.

Et voilà !




Le retour du tartare d’algues

Si tu es fin.e observateur.trice, tu auras remarqué que mon site a changé de look ! Pour arriver à ce joli résultat, quelques heures voire des centaines d’heures ont été nécessaires. Et comme je ne m’avoue jamais vaincue (ou très rarement), j’ai tendance à essayer de trouver la solution sans fin ! Sauf qu’à un certain moment, j’ai bien dû me résigner : j’avais perdu des dizaines de publications. Pouf, évaporées dans la stratosphère de la grande toile internationale. Après avoir pesté, râlé, pleuré de rage, il a bien fallu que je me rende à l’évidence : une page s’est tournée, vive la nouvelle page ! Pfiou, t’as vu ça le bouddha ici…

Parmi les grandes disparues, ma recette de tartare d’algues est de celles qui en ont fait les frais. Et comme je sais que tu adores ça, je ne pouvais pas ne pas la reposter !!

Pour un petit pot, il te faudra :
20 gr d’algues réhydratées (au choix : dulse, wakamé, hijiki, kombu… ou un mélange)
1 pouce de gingembre
1 botte de ciboulette
le jus et le zeste d’1 citron
1 échalote
6 c à s de sésame
1 à 2 c à s de tamari ou 1 pincée de fleur de sel
1 c à s de vinaigre de riz
1 c à s de câpres

Réhydrate les algues pendant 5 à 10 minutes dans de l’eau (jusqu’à ce qu’elles soient tendres).

Prélève le zeste du citron et émince-le ainsi que l’échalote, la botte de ciboulette et le gingembre. Presse le citron. Une fois que les algues sont réhydratées, émince-les aussi, et mélange tous les ingrédients.

Tu peux servir ce tartare sur des crackers de graines, sur des belles tranches de pain au levain ou encore sur des tranches de chou rave ou de betterave. Tu peux même ajouter du fromage de chèvre. C’est top en apéro !

Et si tu veux apprendre une foule d’autres recettes autour des super aliments, ne manque pas le cours du 17 janvier. Plus d’infos ici

Alors, il t’avait manqué, non ?😁 😎😋




Des pâtes crémeuses sans crème

Avec l’âge, je supporte de moins en moins les produits laitiers, particulièrement la crème. Je n’en mange d’ailleurs plus jamais. Mais il n’y a rien à faire, son côté réconfortant et cotonneux me manque parfois.

Tu vois du genre mac & cheese, un bon plat d’automne, quand le froid commence à piquer et que le soir tombe en une fois. Aujourd’hui, c’était un jour comme celui-là. Alors, je prépare une crème vegan, sans aucun produit laitier, mais avec un max de réconfort !

La recette est simplissime, à la portée de tous les gourmands.

Ingrédients pour 4 personnes :

400-500 gr de pâtes de ton choix (ici, j’ai utilisé des raviolis frais de chez Efarmz, un pur délice)
2 oignons
2 gousses d’ail
160 gr de céleri rave
1 poignée de noix de cajou trempées minimum 2h
1 c à s d’huile d’olive
2 petites louches d’eau de cuisson
Fleur de sel (selon le goût)

Pour la garniture :
Graines rôties à la poêle (graines de courge, de tournesol…)
Une herbe au choix (ici, j’ai choisi de la mizzuna)
Parmesan (fac.)

Fais chauffer une grande casserole d’eau pour les pâtes.
Fais cuire le céleri coupé grossièrement en morceaux, les gousses d’ail et les oignons une vingtaine de minutes à la vapeur, jusqu’à ce que le céleri soit tendre. Entre temps, fais cuire tes pâtes. Egoutte-les en réservant 2 ou 3 louches d’eau de cuisson. Rince les noix de cajou et mixe tous les ingrédients au blender, assaisonne de fleur de sel. Si le mélange est trop épais, ajoute un peu d’eau de cuisson. Pas de trop, la crème ne doit pas être liquide.

Pour faire rôtir les graines, j’emploie une poêle sans matière grasse. Petit conseil : reste bien à côté et remue régulièrement, car ça brule très rapidement.

Mélange les pâtes et la sauce. Dispose-les sur les assiettes. Saupoudre de graines rôties, de l’herbe de ton choix émincée et de parmesan.

Un régal !

Et toi, quel est ton plat réconfortant ?

 




Le gaspacho au melon

Un jour, mon amie A a préparé un délicieux gaspacho à la pastèque. Impossible de remettre la main sur la recette. Chaque année, je redemande la recette, et chaque année, je reçois celle du gaspacho au melon 🙄 Alors, pour conjurer le sort, j’ai décidé de créer ma propre recette de gaspacho… au melon 😆

Idéal pour profiter des bienfaits des fruits et légumes d’été jusqu’au bout !
Ingrédients :
Pour 3-4 portions
1/2 melon
1/3 de concombre
1 poivron rouge épépiné
2 tomates
1 gousse d’ail
une pincée de sel
Mixe le tout. Ajoute 200 ml d’eau (ou plus selon la consistance souhaitée).
Réserve au frigo et sers bien frais. Tu peux parsemer des petits morceaux de jambon cru par-dessus.
Si, comme moi, tu supportes moyennement les poivrons crus, je te conseille de le cuire au préalable. Je les adore un peu confits, alors je les coupe en 2, je les épépine et je les cuis à la vapeur pendant 50 minutes à 1h. Ils sont fondants à souhait…
Enjoy !



FLAN POMMES ORANGES ET CRÈME AU CHOCOLAT, UN DÉLICE LÉGER !

Il y a des habitudes qui ont la vie dure… Celle de prendre un dessert en fin de repas festif est probablement l’une des plus ancrées chez moi. Non pas que j’aie encore faim, mais c’est comme si cette dernière touche mettait un point final à un agréable moment gastronomique.

Chaque année, mon amie A invite ses amies pour un repas de Noël. Nous passons un tellement agréable moment toutes ensemble qu’on réclame cette soirée. Je pense qu’elle a compris qu’elle ne pourra désormais plus passer à côté ! Le principe est simple : chacune amène un plat. Et… quelqu’un se désigne pour le dessert. Cette fois-ci, j’ai voulu endosser cette responsabilité. Car si cette tradition sucrée s’avère persistante chez moi, il semblerait que je ne sois pas la seule. Je voulais un dessert pas trop lourd (tu imagines bien que comme chacune y met du sien, il est plutôt gourmand notre repas de pré-Noël), et avec une saveur chocolatée qui fait souvent l’unanimité. J’ai donc préparé des petits flans aux pommes et oranges. Pour la saveur chocolatée, j’ai mixé des noix de cajou avec du miel, une pomme et du cacao. J’ai dû rectifier ma recette, car chez mon amie, la chose s’apparentait plus à une flaque chocolatée qu’à un flan. Les pauvres ont été victimes du syndrome cobbayes !

Pour réaliser une douzaine de flans, rien de plus simple. Il te faudra :

3 pommes
2 oranges
Le jus d’1 citron pomelo (ou si tu n’as pas, le jus d’une orange supplémentaire)
500 ml d’eau bouillante
de l’agar-agar
4 c à s de miel
1 tasse de noix de cajou trempées minimum 4 heures
4 c à s de cacao (de préférence cru, mais sinon, du pas cru fera l’affaire aussi)
du chocolat noir à râper pour la décoration

Pour réaliser les flans, avant toute chose, prélève le zeste d’une orange (de préférence bio, sinon, à toi le cocktail de pesticides divers et variés contenus dans la peau de l’orange !!) qui servira pour le service. Mixe 2 pommes, les oranges et le jus du citron ainsi que 2 c à s de miel. Pendant ce temps, fais chauffer 1/2 litre d’eau dans la bouilloire. Suis les indications sur ton paquet d’agar-agar. Sur le mien, il était indiqué d’utiliser 1 c à s (= 3 gr) pour 1/2 litre d’eau. J’ai ajouté 1 c à s en plus car je trouvais la préparation particulièrement liquide. Hors du feu, délaye l’agar-agar avec l’eau. Une fois qu’il est bien incorporé et que ça sent la mer dans ta cuisine (pas de panique, l’agar-agar étant une algue, ça sent inévitablement… la mer), mixe avec le reste des ingrédients déjà mixés. Débarrasse dans des moules à muffin ou dans des petites verrines ou encore des petits bols. Place la préparation au frigo pour quelques heures. Au moment de passer à table, prépare la crème au chocolat en mixant les noix de cajou, 2 c à s de miel et une pomme. Rectifie la consistance éventuellement en ajoutant de l’eau (mais pas de trop, il faut que ce soit une crème).

Pour servir, démoule le flan sur l’assiette, nappe-le de crème au chocolat et garnis de zeste d’orange et de chocolat râpé.

Belles fêtes !




SOUPE CRUE ET FROIDE DE TOMATES ET PASTÈQUE

Hier soir, j’ai organisé un atelier autour des petits-déjeuners et collations. Nous avons décliné le thème en version salée, en version douce et sucrée… Et même si la problématique autour de ce repas semble au départ complexe, l’échange de points de vue et de recettes au cours de l’atelier s’est avéré très intéressant et enrichissant. Parmi les recettes gourmandes qui étaient au rendez-vous, je voulais partager avec toi cette petite soupe froide de tomates et pastèque, parce que c’est carrément ce dont on a envie par ce magnifique temps.

Attention, cette recette est très (trop) facile, tu risques de l’adopter et d’en abuser jusqu’à l’arrivée des premières courges !

Pour 4 personnes (un gros bol chacun) :

1 kg de tomates
1/2 pastèque
1 botte de menthe
Huile d’olive
Fleur de sel

Détaille grossièrement et mixe au blender la pastèque en réservant une tranche et les tomates en en gardant une (si elles ne sont pas trop grosses, sinon, 1/2). Détaille en cubes la tomate et la tranche de pastèque réservées. Verse la soupe dans les bols, ajoute un filet d’huile d’olive, un peu de fleur de sel, quelques feuilles de menthe et les cubes de pastèque et de tomate.

En discutant hier soir, on se disait que cette petite recette serait parfaite pour une collation. Ou pourquoi pas en entrée estivale… Les variations sont nombreuses. On peut aussi imaginer de varier les légumes… Si tu expérimentes d’autres variantes, n’hésite pas à partager tes trucs dans les commentaires !

Bel été !